Fusillade dans un lycée en Floride : 17 morts et plusieurs blessés

Bilan de 17 morts après la fusillade dans un lycée de Floride

Nous sommes aux États unis et précisément en Floride, des coups de feu retentissent au lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, peu avant la fin des cours, faisant au moins 17 morts, dont plusieurs membres de la communauté éducative et plusieurs blessés. Le suspect, un ancien élève de l’établissement âgé de 19 ans, Nikolas Cruz, renvoyé pour des raisons disciplinaires et interpellées peu âpres la fusillade à Coral Springs une ville voisine à celle où se trouve le lycée.

« L’homme a ouvert le feu, on est sortis… Bom bom bom, j’ai entendu des coups de feu j’ai cru que c’était des pétards, après le dernier coup j’ai compris… » Raconte Manuel BARRAZA élève au lycée Marjory Stoneman Douglas.

Un scénario qui se répète !!!

Une tragédie qui a brisé le cœur de plusieurs familles, mais il s’agit bel et bien d’un scénario qui se répète pour la 18e de fois dans un lycée aux États-Unis, depuis le début de l’année. La scène fait toujours allusion à la législation sur le port d’armes aux États-Unis et à la question du contrôle des armes jugées être des moins strictes surtout en Floride qui détient le record national du nombre de permis de port d’arme selon, des statistiques officielles.
Tournage de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas en Floride : ce que nous savons

Il faut souligner, que les fusillades ensanglantent régulièrement les écoles américaines et surtout depuis le massacre de Sandy hook, une école primaire de Connecticut qui a fait 20 morts, tous des enfants âgés de 6 à 7 ans. Depuis, il a eu au moins 283 fusillades à travers tout le pays, un bilan souligné par l’organisation Everytown for Gun Safety, qui lutte contre la prolifération des armes aux États-Unis.

Le shérif du comté, Scott Israël a identifié l’assaillant ; après examinassions de ses publications sur les réseaux sociaux ; en étant un garçon à problème, prouvant une passion effrayante et délirante pour les armes à feu et les motivations de son acte monstrueux restent toujours inidentifiables.

Pour Donald Trump, qui avait souligné ; en réaction à la fusillade au Texas ; que la première cause des tueries observées, est la santé mentale, n’a trouvé aucune excuse cette fois, que de présenter ses condoléances aux familles des victimes sur les réseaux sociaux tout en ajoutant sa dernière phrase « Aucun enfant, enseignant ou autre ne devrait se sentir en danger dans une école américaine. »

17 personnes tuées par un ancien élève dans un lycée de Floride

Conséquence sur la législation sur le port d’armes.

Un jeune homme de 19 ans, Nikolas Cruz, a ouvert le feu mercredi dans un lycée de Floride, tuant au moins 17 élèves et membres de la communauté éducative. « C’est un acte de mal absolu », a réagi Rick Scott, le gouverneur républicain du « Sunshine State », aussi surnommé « Gunshine Sate » en raison de sa législation très permissive sur les armes à feu.

Donald Trump a adressé ses « prières et condoléances » aux victimes de la « terrible » fusillade, la neuvième plus meurtrière de l’histoire moderne des États-Unis.

14 h 40 quand les premières détonations retentissent dans l’enceinte du lycée Marjory Stoneman Douglas de Parkland, localité située à environ 75 kilomètres au nord de Miami.

Nikolas Cruz, équipé d’un fusil d’assaut MR-15 et de très nombreux chargeurs, connaît les lieux. Il y a étudié, avant d’être renvoyé pour motifs disciplinaires. Selon plusieurs témoignages, il pourrait avoir activé l’alarme incendie afin de faire sortir les élèves des salles de classe.

Tournage de l'école secondaire Marjory Stoneman Douglas en Floride : ce que nous savons

Les autorités n’ont pour l’instant pas communiqué sur les motivations de Nikolas Cruz. Le shérif du comté, Scott Israël, s’est contenté d’évoquer ses publications « très inquiétantes » sur les réseaux sociaux. Des captures d’écran d’un compte Instagram attribué au jeune homme témoignaient ainsi d’une passion pour les armes à feu. Une appétence confirmée par plusieurs élèves du lycée. « Il avait tout le temps des armes sur lui, a confié un étudiant à la chaîne WFOR-TV. Personne ne se hasardait à l’embêter, parce qu’on savait ce qui risquait de se passer. C’était effrayant parfois. » Un autre, cité par l’agence Associated Press, a décrit un « garçon bizarre », « solitaire ».

Cette tuerie vient s’ajouter à une liste déjà longue, notamment aggravée ces derniers mois par la fusillade de Las Vegas (59 morts) et celle de Sutherland Springs. Les précédents en milieu scolaire ne sont pas rares non plus : Virginia Tech (32 morts, 2007), Sandy Hook (27 morts, 2012), Columbine (13 morts, 1999).

L’immense majorité des élus républicains, dont certains sont d’ailleurs très généreusement sponsorisés par la National Rifle Association, le lobby des armes à feu, reste rétifs à tout contrôle accru. Quant à Donald Trump, il a réexprimé sa position il y a deux semaines lors d’une interview avec la chaîne britannique ITV : « Je suis un grand supporteur du second amendement (…). Le gros problème, c’est les gens malades. Si le tireur de Las Vegas n’avait pas eu d’arme, il aurait trouvé autre chose, une bombe par exemple. »

La fusillade dans un lycée de Floride fait 17 morts

Rédigé par Latifa HMOUMEN

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir par désactiver votre bloqueur de publicité.